vendredi 11 novembre 2011

Sarkozy « The Magestic », Fillon « Falcon Down » et l’exemplarité en politique

 
Faudrait-il rappeler aux têtes de gondoles de la droite que le choix des mots en politique est éminemment important ? Depuis qu’un cancer généralisé a été diagnostiqué par le Dr. Wauquiez à des millions de français, nous assistons à une surenchère verbale des plus pestilentielles. C'est à se demander si le but non avoué des élus de droite n’est pas d’insulter le plus grand nombre de français à la fois ! D'ailleurs, à ce jeu la François Baroin n'est pas loin d'une victoire par KO.

Cette semaine de "Rigueur imposée" a été riche en apparitions médiatiques. Tous les colporteurs de la parole du roi se sont précipités dans les studios de radio et de télé. Nous avons même eu droit à l’homme qui rêvait d’être syndicaliste mais qui malheureusement a fini ministre : Xavier Bertrand. Invité de Roland Sicard sur France 2, il nous a gratifiés, de bon matin, d’une définition « postmoderne » de la notion de Respect :

ROLAND SICARD : François Fillon a présenté hier un nouveau plan d’austérité, il n’a pas consulté les syndicats et les syndicats ne sont pas contents, pourquoi cette absence de concertation ? On n’imagine pas la même chose en Allemagne.
 

XAVIER BERTRAND : Tout simplement parce que je respecte les syndicats, si c’est pour avoir une concertation qui est une concertation fictive, ça ne sert pas non plus à grand-chose.

Dans la bouche du ministre, le respect souffre du poids de la condescendance et d’une absence totale de déférence. Vous me direz que c’est la façon de faire classique de ce gouvernement, les passages en forces sont légions … mais de là à dire que l’absence de concertation est une preuve de respect ! C’est à la limite du délit de lavage de cerveau éhonté !

Dans une tout autre thématique. Nous avons eu la surprise de revoir Roselyne Bachelot. Je dis surprise parce que j’avoue que j’avais oublié qu’elle était encore ministre. Ceci dit, invitée de Bruce Toussaint sur Europ1, on s’est vite aperçu qu’elle a été aux mêmes cours d' « Élysée Média Training » que ces collègues. Elle a tout compris la Roselyne ! En même temps c’est tellement simple : On ne répond surtout pas aux questions et une fois poussé dans ces derniers retranchements on tape sur François Hollande.

BRUCE TOUSSAINT : Pour ce qui concerne cette mesure symbolique, … il n’y a pas une petite erreur d’aiguillage, une petite erreur de communication sur le gel des salaires, des ministres, franchement ! L’annoncer alors qu’on sait maintenant, que c’était déjà le cas depuis juillet 2010 

ROSELYNE BACHELOT : Non, ce qui était gelé, c’est le gel du point d’indice, mais les salaires des ministres continuaient à augmenter comme d’ailleurs dans toute la Fonction publique. Puisque les salaires des ministres sont calés sur les salaires de la Fonction publique …  Donc il y a eu … ça veut dire que les salaires continuent néanmoins à augmenter, mais bon, c’est un point technique.

Non, moi, ce que je veux dire, c’est que j’ai été consternée de voir que devant la gravité de la situation, la seule proposition de monsieur Hollande, hier, dans son émission télévisée était de réduire le salaire du président de la République. Enfin, on est dans un remboursement de la dette, une diminution drastique du déficit, on s’est fixé un objectif, qui est clair, le retour à l’équilibre et on nous propose une économie de quelques dizaines de milliers d’euros.
Voila une ministre envoyée en recommandée nous faire le service après-vente d’une mesure déjà appliquée depuis Juillet 2010 ! Le plus gros dans cette affaire reste que le fameux gel des salaires du président et de ses ministres était vendu comme une mesure symbolique, un modèle d’exemplarité politique à suivre !

Mais je pense que le pire dans tout cela, reste le mépris affiché en réponse à la question : « C’est un point technique » qu’elle ose nous dire. Un détail de l’histoire, circulez y’a rien à voir en somme. On vous vend du placébo, on sait que c’est du placebo, prenez le placebo, le placebo est bon pour la santé !

Afin de s’extirper et de rebondir rapidement, notre ministre des solidarités nous a sorti un « Non, moi, ce que je veux dire » assez remarquable : en gros votre question ne m’intéresse pas je suis la pour dire autre chose ... déverser mon flot de consternation concernant l’annonce de François Hollande la veille sur France 2 :

"Si je suis élu président de la République, si je forme un gouvernement, il n'y aura non pas un gel, il y aura une baisse de 30% du salaire du président de la République et des ministres"

Sauf que Madame Bachelot dénonçant cette annonce comme « la seule » faite par le candidat concernant le remboursement de la dette et la réduction des déficits tombe dans le mensonge intellectuel caractérisé. François Hollande le dit lui-même (il fallait juste lire ou écouter la phrase d’après) :  

"Je ne dis pas que c'est là qu'il va y avoir des économies substantielles. Je dis qu'à un moment il faut montrer que le comportement au sommet de l'état est exemplaire"

Cette « théorie abstraite » d’exemplarité en politique n’a apparemment pas les faveurs de celle qui est pourtant en charge de la cohésion sociale. Inquiétant non ? Comment faire accepter un effort collectif à tous lorsque l’exemplarité est remise au placard par ceux qui la prône ? Faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais !


Vous avez aimé François Fillon dans : "Falcon Down" !



C'est France Soir dans son édition du 24 Février qui nous mettait dans la confidence. Le besoin de se ressourcer et l'amour sans limite du premier ministre pour La Sarthe nous coûterait la bagatelle de 27.000€ par week-end (un voyage en moyenne par mois d’après Matignon). Ça nous revient cher l'escapade non ? Les services du "PM" ont bien voulu nous faire croire que tout cela était dû a un imperatif de sécurité :

« Voyager en train obligerait les services de sécurité à déminer systématiquement le TGV, à l’aller comme au retour, causant de graves désagréments pour les passagers. Quant à la voiture, c’est une question de temps, et aussi de sécurité. »

Sauf qu’après enquête, pour un voyage en TGV privatisé pour des questions de sécurité, l'aller-retour n’aurait coûté « que » 5.800€ … sans parler de la voiture péage compris : 150€. De plus, à partir d'un simple calcul, il  apparait que le voyage en Falcon (formalités comprises) ne serait pas plus rapide que la voiture. Pire le TGV est plus rapide (1h30 au lieu de 1h45)

Le gâteau sous la cerise ? Cette révélation a été faite au moment de la publication le 4 février, d'un décret de François Fillon lui-même, censé mettre en place des règles strictes relatives à la prise en charge des frais de déplacement des ministres. Quoi dire de plus ? Sinon que c'est affligeant !


Vous allez adorer Nicolas Sarkozy dans "The Majestic" !



L'affaire n’arrête pas d'enfler depuis Mardi. AntenneRelais détaille de façon "majestueuse" le fil de l'histoire et Variae en a fait une théorie.


Cette fois-ci c'est La Dépêche qui nous apprend la nouvelle : 


« En dépensant un peu plus de 37 000 € pour une nuit dans une suite de l'hôtel Majestic de Cannes, le Président français se hisse sur la plus haute marche du podium des dirigeants peu regardants à la dépense. »

« On est loin de la « République irréprochable » du candidat Sarkozy en 2007. Il ne suffira pas de geler le salaire du Président et des ministres pour y parvenir. »

37 000€ pour une nuit dans une suite de l’hôtel Majestic au #Gvain de Cannes quand même ! Un président qui joue la carte du père de la patrie, demandant des efforts à ses enfants mais qui s'en dispense lui-même ! Encore un beau modèle d'exemplarité ! Les dirigeants de la Chine (pourtant considérée comme étant le grenier mondial du Dollar) sont beaucoup plus prudents et attentifs face à la dépense, bien davantage que nous qui sommes à l'agonie !


Si cette affaire n’était qu'une frasque présidentielle. Une de plus : il y en a eu de plus graves, il y en aura sûrement d'autres encore jusqu'en Mai ... et de toute façon ce n'est pas pour des faits pareils qu'il sera inquiété ! Sauf qu'en grattant un tout petit peu, on s’aperçoit que le Majestic de Cannes et le Fouquet's ont le même propriétaire : Dominique Desseigne. Ce dernier, ami du président comme il aime à le faire savoir,  est l'un des principaux instigateurs du vote express de la loi sur la libéralisation des jeux en ligne ...

A travers ces interventions répétées des élus de la majorité, on s’aperçoit vite que les idées de respect, symbolique et exemplarité ne sont que des coquilles vides de sens. Même au sommet de l'état, ces valeurs pourtant essentielles sont bafouées. Il ne nous reste plus qu'à être vigilants et tenter de désintoxiquer les victimes de ce flot continu de contre-vérités, en attendant le printemps ...

3 commentaires:

antennerelais a dit…

En espérant que les JT abordent enfin le sujet ! Avec questions en caméra cachée au personnel du Majestic enfin la totale.

Le Pudding à L'arsenic a dit…

Wait & See mais c'est exaspérant !

antennerelais a dit…

On voit en parallèle les contre-feux : le Carlton de Lille et les sms DSK sortis comme par hasard en peloton groupé hier matin sur tous les réseaux d'info, comme pour prendre la place avant le Majestic de Cannes...

Jusqu'à cette "polémique" du 11 novembre aujourd'hui (commémorations groupées) qui semble lancée de façon calculée : comme si l'objectif était d'occuper le terrain afin d'empêcher d'autres sujets de parvenir jusqu'aux principaux canaux d'info.

En tous cas dès que ça sent le roussi pour Sarkozy d'ici 2012, on peut s'attendre à voir fuitée telle ou telle "révélation DSK" !