jeudi 12 avril 2012

Sarkozy :De Fukushima au mur de Berlin #SarkoVousMent


Jamais un bilan n'a été aussi lourd à porter pour un candidat sortant. Jamais un candidat n'a autant fui ses responsabilités. Jamais un premier homme de l’état n'a autant menti pour rester au pouvoir. Jamais, ... avant Nicolas Sarkozy  !

Après avoir voté l’acte unique en 1986 alors qu’il n’était que maire de Neuilly. Après avoir voté « OUI »  au référendum de Maastricht alors que le PV atteste du contraire ! Il a récidivé vendredi dernier, lors d'un meeting à Caen. Devant une salle UMPistes surchauffée, une salle de 5000 béni-oui-oui toute acquise, il a osé, il l’a fait, il a affirmé avec un aplomb digne d'un De Niro de la grande époque qu'il est " allé à Fukushima " avec Nathalie Kosciusko-Morizet qui est resté stoïque, rien d’étonnant de la part de l'avaleuse de couleuvres officielle NS2012.

La réaction au vitriole de François Hollande ne s'est pas fait attendre : "C'est la première fois dans l'histoire de la République qu'un candidat sortant relate un voyage qu'il n'a jamais fait", a-t-il dénoncé, ironisant sur "ce précurseur en tout, même d'un voyage qu'il n'aura jamais accompli" et sur ses "demi vérités qui deviennent de vrais mensonges"

Mensonges ou délires de mythomane, je ne suis pas un spécialiste pour me permettre d’établir un diagnostique. Mais ce dont je suis sûr, c'est qu'il faut impérativement que le Nicolas Sarkozy prenne des vacances, et au plus vite ... à partir du 6 Mai par exemple ! parce que sinon, bein sinon ... on va finir par avoir droit à :










Vous ne pourrez pas dire que vous ne le saviez pas ... les 22 Avril et 6 Mai : Allez Voter !

3 commentaires:

Bembelly a dit…

Il est partout lui...

Le Pudding à L'Arsenic a dit…

tant qu'il est hors de l'Elysée le 6 Mais au soir, ça me va !

BA a dit…

Samedi 14 avril 2012 :

Sur son blog, Paul Jorion écrit :

L’ÉCLATEMENT DE LA ZONE EURO : L’INSTANTANÉ.

Ce que vous voyez sur ce graphique produit par l’agence de presse Bloomberg, c’est l’éclatement de la zone euro. Sous la ligne horizontale, on voit les sommes qui quittent de mois en mois différents pays tandis qu’au-dessus de la ligne horizontale, on retrouve les mêmes sommes ventilées par pays où ces sommes aboutissent.

Les gagnants : 1. Allemagne, 2. Pays-Bas, 3. Luxembourg.

Les perdants (les plus tristes en premier) : 1. Italie, 2. Espagne, 3. Irlande, 4. Grèce, 5. Portugal, 6. Belgique.

Le graphique a été produit par la rédaction de Bloomberg à partir des données fournies par les banques centrales des différents pays de la zone euro. Un pays dont l’argent sort, en signale les montants. De même pour un pays qui le reçoit, la réglementation intérieure de la zone euro obligeant le pays receveur de prêter le même montant au pays donneur.

Si des sommes quittent un pays, c’est bien sûr que leurs habitants (riches) craignent de se retrouver du jour au lendemain en possession de lires, pesetas, punts ou Irish pounds, drachmes, escudos, francs belges, dévalués.

Pour donner un ordre de grandeur, en mars, par exemple, 65 milliards d’euros ont quitté l’Espagne.

N.B. : La Suisse n’étant pas dans la zone euro, les mouvements de capitaux vers la Suisse n’apparaissent pas sur le graphique.

http://www.pauljorion.com/blog/?p=35925