dimanche 18 septembre 2011

Fête de l’Huma : Trop de convergence, tue la convergence

Vous aurez surement remarqué qu’après la soirée-débat de jeudi, le mot à la mode utilisé à outrance par les journalistes et commentateurs de la vie politique était « Escarmouches ».

Rares sont les articles revenant sur l’événement sans l’utiliser au détour d’une phrase. Je me demande même, si les rédactions n’avaient pas préparé des termes gradués (réutilisables à souhait) tels que : piques, gifle, coup de poing, baston … tout ce qui préfigure d’une bataille larvée certes annoncée, mais qui n’a pas eu lieu.


Dans le même style dénué de sens, je vois pulluler depuis hier « Fête de l’humanité Day », un nombre important d’articles et de billets avec un autre vocable très « in » visiblement, qui n’est autre que : Convergence

A en croire, les commentateurs de la vie politique, nous avons assisté hier à l’émergence d’une nouvelle force politique dont le moteur est la « convergence » des idées. Ainsi, j’apprends que Martine Aubry converge vers Jean-Luc Mélenchon, qui lui-même a convergé dans la matinée vers Ségolène Royal, en attendant d’annoncer sa « convergence » d’avec Arnaud Montebourg plus tard dans la journée.

Occupés à trouver des atomes crochus avec Mélenchon, les candidats à la primaire socialiste présents hier n’ont même pas remarqué qu’ils donnaient l’impression d’une visite à la queuleuleu, drôle à regarder mais dénuée de message politique fort, puisque noyée dans un flot de « convergences » envers et entre Tous !

Cette néo-amitié entre Tous ne doit pas non plus faire oublier l’arrivée des candidats sous les sifflets des militants du Front de Gauche et du Parti Communiste – qui eux n’ont pas la « Convergitude » aussi facile – ni que le fait d’être à la fête de l’humanité et à l’université d’été du Modem témoigne d’une « Convergence bidirectionnelle » qui relève plus du grand écart électoraliste que d’un rapprochement des idées.


Etre ou ne pas être à la fête de l’Huma n’était pas la question. Cohérence ou incohérence du discours et des actes : That’s the question !

4 commentaires:

Dagrouik a dit…

Tiens , les liens twitter sont sur des amis Hollandais, pas d'avis contraire donc ?

Le Pudding à L'arsenic a dit…

Si, si y'en a un ...

ladyapolline a dit…

J'ai entendu dire que les journalistes avaient peu de liberté, puisque la ligne éditoriale déterminée par la rédaction de leur feuille de chou papier ou numérique ainsi que le format de leur article, leur assignée par le biais d'un logiciel-robot.
La concentration éditoriale est telle ... qu'il est compréhensible qu'une même ligne éditoriale soit édictée dans plusieurs journaux qui appartiennent au même "Papa" ...
Pour moi, il n'y a donc aucune incongruité à retrouver les mêmes mots dans plein de journaux, puisque la diversité des journaux n'est qu'apparente, que la ligne éditoriale est la même pour tous, et que les outils de rédaction des articles s'imposent à la majorité des pigistes ... et même des journalistes en poste.

ladyapolline a dit…

est assignée ... pardon